Géorgie – Trekking en Svanétie

2018-09-26T22:36:37+00:00juillet 13th, 2016|Géorgie, Rando, trek, voyage|10 Comments

Géorgie, Caucase

Arrivée à Tbilissi

C’est avec peu de sommeil que j’arrive à l’aéroport international de Tbilissi. S’en suis une fouille approfondi de mon sac à l’arrivée, via un scanner (trop petit pour faire rentrer mon sac…) et une douanière passionnée dans son travail… Ina et moi passons la douane et échouons sur le gazon synthétique d’un bac de déco florale du hall où nous passerons le reste de la nuit. Nous regagneront la ville le matin venu.

Une fois en pleine forme après les deux dernière nuit d’errance dans les duty free nous gagnons Tbilissi. Nous prenons un bus grâce à un ticket offert par un Géorgien et sa famille, pas de petites pièces pour payer le bus, nous le remercions fortement pour son geste. Notre séjour s’annonce agréable, les gens aux mines sombres se révèlent très sympathique en réalité. A la descente du bus nous prenons la direction de la ville historique et trouvons rapidement une Ghesthouse « chez Leila », notre futur petite mamie qui s’occupera bien de nous à notre retour de trek!

Tbilissi est vraiment une petite ville de charme. Des églises orthodoxes jalonnent les ruelles. Des boulangeries, présente à tous les coins de rues viennent fournir un ravitaillement permanent en pain fromage (nous y reviendront plus tard). Les « Ladas » côtoient les « Audi » et autres voitures Européennes dans un chaos total de particules fines et de klaxonnes. A notre arrivée il fait beau et nous décidons de monter en haut de la citadelle pour observer la ville. C’est magnifique.

La ville est célèbre pour ses bains soufrés, un quartier y est dédié. Allant du bain privé avec champagne aux bains publiques remplient de gros Géorgiens bien gras. C’est cette dernière option que nous choisirons, expérience intéressante.

La conquête de l’ouest AKA la longue traversée du pays en direction de la Svanétie.

Après s’être renseigné à l’office du tourisme nous partons le lendemain matin pour Mestia en Svanétie, une journée complète de bus nous attend. Le principe des transports en commun en Géorgie est qu’ils partent quand ils sont pleins. Au bout d’une heure nous quittons Tbilissi sous des trompes d’eaux pour traverser les longues plaines du pays. Essentiellement des cultures bordent la route agrémenté de magnifique usines post soviétique en état de ruines. Quelques étoiles rouges, marteaux faucilles peint nous rappel l’histoire.

S’en suis une route au travers de collines bien vertes ou de petits courts d’eaux pollués fond leur chemin. Notre minibus nous arrête à Zugdidi, ville laide mais vivante ce qui change de la campagne sans vie que nous quittons. De là nous embarquons dans un van pour Mestia. Il pleut abondamment et le charme du Caucase penne à venir. Pour ceux qui connaissent Livet-Gavet c’est pareil en bien pire. Seul mines et cables hautes tensions viennent agrémenter le point de vue déjà peux mirobolant de la piste serpentant dans une foret interminable imbibé par la pluie qui s’abat depuis deux semaine sur la région.

Finalement la route commence à se dégager et laisse apparaitre quelques sommets au loin. La piste serpente le long de la falaise bordée par un ravin insondable. Tous à coup, face à nous un 4×4 traverse la route, percute une des rambardes de sécurité. Fait littéralement un SOLEIL (sick). Puis vient se poser en équilibre entre barrière et précipice. Notre chauffeur stop le véhicule. Quelques secondes plus tard, après réaction, nous sortons et nous précipitons vers la carcasse en détresse. Un homme la tête ensanglanté sort d’abord. En état de choc et à la ramasse. Puis rapidement il fait sortir son passager pris au piège à l’intérieur. Ils viennent d’échapper au pire. Je cours chercher ma bétadine et mes (minuscules) compresses pour leur porter assistance. L’un deux saigne des oreilles, l’autre, dégoulinant de sang qui provient de l’énorme trou qu’il a à la tête Il a également une lèvre complétement fendu de 5 centimètres. Il viennent d’avoir beaucoup de chance. Quelques centimètre plus loin et les deux compères disparaissaient dans les méandres du torrent plusieurs centaines de mètres en contrebas. Nous attendrons l’arrivé de l’armé et de l’ambulance avant de repartir sur notre route. Nous réalisons qu’ici la conduite c’est très dangereux.

La pluie c’est arrêté et nous arrivons à Mestia. D’un coup le paysage s’ouvre, des champs et pâturages apparaissent. Nous sommes rassurés, c’est beau et nous sommes enfin arrivés!

De Mestia à Lakhiri

Trek Svanétie

A Mestia nous avons trouvé une super Ghesthouse déserte, nous aurons bien du mal à partir. Nous prenons le chemin de Chvabiani. L’aéroport de Mestia borde d’abord le sentier, puis après une petite monté au soleil nous retrouvons des champs et de la foret. Nous arriverons à un col qui nous dévoile la suite de notre journée.

Trek Svanétie, Géorgie

Nous passons la fin de notre journée sur un chemin serpentant au milieu de village typique avec tours de défenses. Nous croiseront des cochons, des vaches et toute la basse court sur le chemin en liberté. Je me méfie toutefois des nombreux patoux qui rodent un peux partout. La pluie se met à tomber. Nous serpentons à travers les ruelles boueuses du village de Lahkiri. Puis en passant devant une grande battisse, un Géorgiens nous fait signe d’entrer. Nous rentrons trempé. Chez lui, 5 femmes sont à l’intérieur. 2 Suisses qui nous apprendront qu’elles ne dorment pas ici mais qu’elles dispensent des cours de coutures aux femmes du village (chaque année). La dame de maison et sa fille sont présentent, ainsi qu’une voisine. Cette dernière nous servira d’interprète et nous proposera de rester pour la nuit pour une vingtaines d’euros repas compris. Nous acceptons. Nous ne le regretterons pas!

Chambre 4 étoiles

Chambre 4 étoiles

Sur le pallier de la porte

Fromage blanc maison

Rapidement nous nous voyons offrir du fromages blancs et des viennoiseries maison. Un délice. Nous sécheront de la pluie en leur compagnie au bord du poil en attendant le repas du soir. Au menu, pains au fromage, pains à la viande, ragout. patates rôties. pain. Et oui nous venons de comprendre que ici sa serais pain à toutes les sauces. Mais c’est vraiment délicieux et ils se donne vraiment à fond pour nous faire plaisir Ina et moi. Nous iront nous coucher dans une immense pièce avec au moins 8 lits !! Les familles sont grandes en Svanétie!

Animal usagé

Animal usagé

Bouché du coin

Bouché du coin

Le village sous la pluie

Le village sous la pluie

Lahkiri en direction d’une zone troubles

En se levant nous partons sous une petite bruine. C’est agréable de marcher. Nous continuons notre périple jusqu’au dernier village de la vallée qui possède une jolie petite église. Les tombes s’y trouvant sont assez drôle. Tous les défunts sont représentés en photo sur leur tombes. Il ont tous la tête de mafieux en costumes l’air sinistre.

Nous prenons la direction d’Adishi en sortant du village. Nous montons à travers les champs au mieux ce qui nous vaut de perdre le sentier principal. La pluie fait sa réapparition. Nous finissons la montée dans un sentier boueux. En haut de la montée un chalet effondré (littéralement sur le chemin). Nous grimpons à travers planches et clous. La pluie bas son plein.

Quand nous sortons de là, on se retrouve au beau milieu d’une station de ski avec télésiège POMA. Visiblement nous avons perdu le sentier principal. Nous avançons prudemment dans l’endroit désert. Puis d’un seul coup, nous apercevons un autochtone local, d’une forte carrure, nous faisant signe de venir vers lui. Davai davai. On s’approche. Il nous fait rentrer dans une sorte de cantine de chantier. Rapidement il nous sommes de nous asseoir et part nous faire une omelette !!!!

Notre chantier hôtel

Notre chantier hôtel

Breuvage local et délices

Breuvage local et délices

Rapidement deux autres occupants des lieux arrivent heureux de voir des touristes dans les environs. Ils nous servent une salade concombre tomate et de nouvelles omelettes. Rapidement également ils nous offrent un verre de bière ainsi que des verres d’alcool local très digeste. Nous trinquons longuement avec eux. Il pleut toujours et les heures passent, notre Géorgien progresse rapidement. Ici en Géorgie un convive ne doit jamais avoir le verre vide et ce ne fut pas le cas. Pour continuer notre festins « Gotcha », le maitre des lieux, part chercher un petit sac rempli de morceaux de viandes de leur récente chasse. Aussitôt ils nous fabriquent des brochettes avec des battons qu’ils taillent. Nous sortons à l’extérieur faire notre BBQ, nous aurons aussi l’occasion de tirer au fusil ce qui était bien marrant au vu de nos compétences indéniables en la matière.

Nous portons encore de nombreux toasts à la santé de chaque Svane de la région. Le temps passe et la pluie ne s’arrêtant pas, nos hôtes nous proposent de rester dormir ici. Sur ce magnifique chantier désaffecté. Nous hésitons l’espace d’un instant et acceptons! Ils nous emmènent dans des préfabriqués. un immense couloir donne accès à une multitude de chambre d’ouvrier avec chauffage! Nous finirons la journée à trinquer et manger jusqu’à ce que mort s’en suive. Nous allons nous coucher ivres mais heureux d’avoir partagé ce moment avec ces trois zozos.

Gotcha et Mito entrains de cuisiner des délices

Gotcha et Mito entrains de cuisiner des délices

Pas du tous alcoolisés

Pas du tous alcoolisés

Zone trouble vers Adishi

Le lendemain matin, je rendrai un peu du breuvage ingurgité la veille à la terre Géorgienne. Après une petite omelette accompagné de concombre tomate (nous refuserons poliment le verre de vin accompagnant le petit déjeuné), Mito et Vpro nous accompagneront jusqu’au chemin afin de continuer notre périple. Leur chien nous suivra jusqu’au prochain village nous protégeant des ours de la région. L’étape est courte, l’arrivée à Adishi se fait rapidement sous une légère pluie. Le village est vraiment jolie, nous iront chez la famille Beko, que nos hôtes de Lahkiri nous ont recommandés. Quand nous arrivons seul le fils est présent. Il est un peux désemparé mais accepte de nous héberger. Nous passeront encore une très bonne soirée chez cette famille. Les seuls bémols notables seront les puces de lits et l’océan de boue permanent dans tous le village. Nous ne savons plus si nous pataugeons dans la bouse de vache fraiche dissimulée ou la boue elle même. La chapelle du village présente quand à elle des chefs d’œuvre de gravures, peintures, à voir absolument.

Adishi la glorieuse, Géorgie, Caucase

Adishi la glorieuse, Géorgie, Caucase

Océan de boue

Océan de boue

Géorgie, Caucase

Géorgie, Caucase

Géorgie, Caucase

Géorgie, Caucase

Adishi, Géorgie

Adishi Iprari

Enfin notre première journée de beau ! Nous partons le cœur joyeux au milieu de champs, nous croisons des chevaux en liberté. Les montagnes nous regardent.

Géorgie, Caucase

Géorgie, Caucase

Le chemin remonte la vallée avant de buter sur un ÉNORME glacier plongeant. Il ne doit pas faire bon s’y aventurer! Nous mesurons enfin la beauté du Caucase et de ces magnifiques montagnes. Car jusqu’à présent nous avons surtout profités de la culture Svane et nous étions impatient de nous confronter à ces magnifiques paysages qui n’ont rien à envier à nos Alpes.

Nous remonterons à droite de la moraine sur une crête nous ouvrant l’accès à une nouvelle vallée splendide.

Géorgie, Caucase

La nouvelle vallée nous donne envie de faire du camping mais nous devons continuer.

La nouvelle vallée nous donne envie de faire du camping mais nous devons continuer. Géorgie, Caucase

Le superbe village presque abandonné de Kalde avec un incroyable arc en ciel! Quelle chance!

Le superbe village presque abandonné de Kalde avec un incroyable arc en ciel! Quelle chance!

Arrivée à Iprari

Arrivée à Iprari

Nous arrivons enfin à Iprari, un peu déçu du paysage aux vues de celui que nous avons quitté juste avant. Nous iront dans un lodge convenable. Seul petit souci, la famille voisine habitant de l’autre côté du mur, oups non du tapis, qui nous séparent d’eux. Le père alcoolique passera la nuit entière lumière allumé (lumière dans notre chambre également du coup) à regarder la télé et crier sur ses enfants. Bon tanpis, ça arrive.

Iprari à Ushguli

Cette étape n’a pas été la plus belle et nous nous y attendions. Fond de vallée oblige et forêt, on étés pas vraiment réjouis. Finalement c’était pas si désagréable et c’est passé vite.

Au bord de la route

Au bord de la route

Géorgie, Caucase

Nouveau copain

Nouveau copain de route

Nous arriverons en fin de matinée à Ushguli, sous une tempête de ciel bleue 🙂

Ushguli et ses environs

Quand nous arrivons à Ushguli c’est magnifique. Quelques nuages pour donner du relief au ciel, une température agréable. La météo annoncée est merveilleuse pour les jours à venir. Nous allons pouvoir camper! A ce sujet, les animaux omniprésent se charge de fournir à tous campeur le sol le plus parfait pour du camping, une pelouse moelleuse et tondu raz, le pied!

Ushguli c’est trois villages différent qui ont chacun leur charmes. Les pentes herbeuses environnantes sont superbes et font penser au Seigneur des Anneaux. Après avoir traversé le premier village nous croisons une mamie qui nous invite chez elle. Nous lui achèterons un morceau de pain au fromage et du fromage blanc. Un délice comme d’habitude. La tente est planté au dessus du dernier village face au monastère.

Ushguli et ses tours

Ushguli et ses tours

Massif du shkhara

Massif du shkhara

Géorgie, Caucase

Géorgie, Caucase

Peinture église, Svanétie

Ushguli, Svanétie

Géorgie, Caucase

Ushguli, Svanétie

Ushguli, Svanétie

Après une bonne nuit de repos nous faisons la grasse matinée et quelques courses de ravitaillement. Nous avons l’ambition d’aller camper au sommet d’une crête surplombant le village dans la neige. Nous partons à midi gravir nos 1000m. La montée est rapide. Nous seront aux sommets avec un couple de Français voyageur avec qui nous partagerons un peu de vin qu’il nous offrent gentiment en partant. Merci! Nous restons seul au sommet ensuite, attendant la bourrasque de couleur du soir. Cette journée restera la meilleur de tous le voyage. Face à nous d’incroyable sommets enneigés nous surplombent. C’est vraiment impressionnant. Nous voyons toute la chaine jusqu’au Tednuldi qui me fais penser à un volcan du Kamchatka. Le vent tombe quand le soleil se couche. Ce bivouac sera extraordinaire.

Géorgie, Caucase

Ushguli, Svanetie

Géorgie, Caucase

Tetnuldi, Svanétie

Fin

Nous avons atteints ici notre but. Un superbe trek c’est offert à nous. Malgré la pluie touts les jours avaient leur intérêts. L’hospitalité des Svanes n’est vraiment plus à prouver. Ce trek était vraiment facile et enrichissant.  Mais si vous devez aller en Svanétie, dépêchez vous. Les minibus commencent à se déverser dans Ushguli et la région. Les Svanes ont bien compris l’intérêt commercial de cette régions. Ils commencent à construire lodges moderne et bar/restaurants. D’ici quelques années je pense que la région se sera vraiment métamorphosée, et en mal. Alors il faut foncer!!!

Pour finir quelques précisions générales. La Géorgie c’est ultra sécurisé. La police à des voitures ultra moderne et tourne tous le temps. Il font très attention aux touristes. Il y a également une forte présence militaire partout dans le pays (conflits récent). La Géorgie cherche à se rapprocher de l’Europe et ils fond tous pour y arriver, Tbilissi est fais pour accueillir des touristes. La Svanétie également. Je dirais qu’il faut se méfier au volant surtout. Les Géorgiens ont une conduite spéciale, couplé à l’alcool le cocktail est souvent désastreux. Sinon les Géorgiens sont super sympas, même si ils ne le montrent pas avec des sourires, des mercis et des s’il vous plait. C’est leur culture (pareil en Russie). Mais il obéissent à un code de l’honneur et ont une hospitalité inégalable. Ce pays est plus sûr que la France! Foncez en Svanétie ! Et en plus c’est pas cher 🙂

10 Comments

  1. Yuri 10 octobre 2016 at 13 h 22 min - Reply

    Hello, Super reportage! La Géorgie ça à l’air trop bien! Merci

  2. anne 10 mars 2018 at 16 h 20 min - Reply

    Reportage très sympa.
    Nous projetons d’y aller cet été en espérant un peu moins de pluie et pas trop de mini bus.
    Merci pour les photos et les commentaires.
    Anne

    • Alexandre Carpentier 11 mars 2018 at 19 h 44 min - Reply

      Super,

      merci du commentaire!

      Le minibus fait parti du voyage 🙂

      Sinon en juin pas mal de pluie mais juillet/aout devrait être plus clément !

      Et si le temps n’est pas au rdv, l’accueil des locaux vous comblera !

      Bon voyage 🙂

  3. […] Pour suivre mon trek d’une semaine dans le Caucase c’est par ici […]

  4. Loïc 18 juillet 2018 at 0 h 51 min - Reply

    Bonjour! Tout d abord merci pour ton reportage , ça me conforte totalement à m’y rendre pour trekker.
    Serai t il possible d’échanger par mail afin d’avoir plus d’infos pratiques.
    Merci d’avance pour ta réponse et bonne continuation dans tes voyages.

    • Alexandre Carpentier 20 juillet 2018 at 19 h 17 min - Reply

      Oui bien sur, tu peux me contacter quand tu veux. via le formulaire contact sur ce même site, sur ma page facebook. Ou si tu le souhaite, poser tes questions ici même afin de faire profiter les autres utilisateurs qui pourraient se poser les mêmes questions 🙂

  5. Lucile 7 août 2018 at 20 h 23 min - Reply

    Bonjour Alexandre,

    on vient pas de pas beaucoup plus loin que vous : de Haute-Savoie 🙂
    J’ai vécu quelques mois en Russie et j’ai eu la chance de faire un petit trip en Georgie à l’époque et cela avait été un voyage magnifique. Pour ce nouveau séjour j’ai réussi à convaincre mon conjoint de se joindre à moi ! Nous pensons faire un trekk en Georgie, plus précisément en Svanétie.
    Je me pose juste quelques questions, j’ai perdu tout mon Russe et j’ai peur que sans parler la langue ce soit compliqué sans guide ?
    Vous parlez russe couramment ?
    auriez-vous quelques conseils de restaurants/concerts ou activités à Tbilissi à nous conseiller ?
    Merci beaucoup !!!

    • Alexandre Carpentier 7 août 2018 at 20 h 26 min - Reply

      Bonjour Lucile,

      ne soyez pas craintive pour la langue, c’est un endroit touristique classique. Les habitants sont habitués à avoir de la visite et pas mal parlent anglais même si il est vrai, parfois c’est un peu dur. Surtout le soir avec les familles. Mais bon on se fait toujours comprendre.

      A Tbilissi, le tourisme est vraiment promulgué par le gouvernement. Le mieux sera de vous renseigner dans les différents offices du tourisme pour les concerts/festivals. C’est très bien organisé et il parlent très bien anglais. Les artères touristique sont remplient de restaurants/bars. Tout peut se faire à pied. La citadelle est vraiment sympas, pour le coucher du soleil c’est très agréable (avec une petite bouteille de vin Géorgien sur les remparts c’est encore mieux 🙂 ) Les bains Géorgiens sont à faire également, les non mixtes publique sont très bien, c’est une bonne expérience. Après il y a d’autres bains plus destinés au tourisme de luxe (privatif). Cela dépend de vos envie. La nourriture est très bonne partout, a côté du marché au fleur il y a un restaurant très local ou j’ai trouvé les meilleurs pains au fromage de la ville (je ne me souviens plus du nom, croisement antoneli street et anton purtzseladse, à vérifier ça vient de google map). Essayez les restaurants locaux pour plus d’authenticité. Il y a un marché super (vérifier les jours d’ouverture) je regrette tellement de ne pas avoir rapporter un vieux képi de l’armé rouge! Aucun problème de sécurité (pas comme en France parfois). Essayez d’installer https://mapsme.fr/ si vous ne prenez pas de carte sim local. Une pension dans le vieux quartier est très bien pour passer quelques jour dans la capitale sans se ruiner.

      Et sinon très beau voyage 🙂

  6. Jeanne 7 août 2018 at 20 h 51 min - Reply

    Bonjour,

    Je vous envoie un message, car nous avons très envie avec ma colocataire de partir en Géorgie durant 10 jours en septembre. Le voyage que vous avez fait a tout simplement l’air génial, vos photos sont incroyables. J’aurais cependant quelques petites questions, si bien sûr vous avez le temps d’y répondre. Tout d’abord je me demandais si le pays était assez sécurisé? Nous sommes deux filles de 20 ans, est-ce un problème pensez-vous (sachant que nous avons déjà effectué de grands voyages) ? Du point de vue de la randonnée, la Svatenie nous tente énormément, mais pouvez-vous me dire un peu la difficulté de marche et le nombre d’heures que cela représente par jour ? Avons-nous vraiment besoin d’une tente (sachant que cela représente deux bons kilos dans le sac à dos ? Qu’en est-il de la nourriture, est-ce possible d’acheter à manger et à boire dans tous les villages ? Les randonnées sont-elles bien indiquées ?

    Comme vous pouvez le voir, j’ai énormément de questions, mais je comprendrais que vous n’ayez pas le temps d’y répondre.

    Merci tout de même d’avoir partagé votre voyage.

    Jeanne

  7. Alexandre Carpentier 7 août 2018 at 20 h 57 min - Reply

    Bonjour,

    merci de m’avoir contacté. Partir en Géorgie c’est une super idée ! C’est pas cher et le pays est très riche culturellement.
    Alors premièrement au niveau sécurité pas de problèmes particulier. Bien sur les recommandations que l’ont appliquent en Europe sont applicables aussi en Géorgie. Les Géorgiens sont un peu froid mais on un sens de la famille et des valeurs fortes. En tant que fille je ne pense pas que vous courriez un risque particulier. Juste être prudent avec les inconnus. A Tbilisi pas de problèmes particuliers en en Svanétie aucun également. Ailleurs je ne sais pas.

    Si vous allez en Svanétie. Vous prenez un taxi collectif à Tbilissi, à l’office du tourisme il vous donneront les heures et lieux de départ. Souvent un bus sur un parking, il part quand il est plein (prévoir la journée). Une correspondance doit être fait (Zougdidi), mais vous demandez et n’y a aucun soucis. La deuxième partie se fait en Jeep souvent. C’est pas très jolie avant d’arriver en Svanétie alors pas d’affolement. Une fois à Mestia c’est très sympas.

    Sur place, les sentiers sont assez bien indiqués (sauf à un endroits où beaucoup de gens se trompent mais vous vous en sortirez!). Achetez une carte à Geoland à Tbilissi pour vous aider. Il n’y a jamais trop de dénivelé donc vous pourrez choisir la longueur de vos étapes comme vous le souhaitez. A Mestia vous arriverez au centre, ne pas hésiter à marcher encore un peu pour rejoindre des lodges un peu en hauteur après le centre il y’en a des super ou on peu monter sur le toit des tours.

    Beaucoup de nouvelle construction à Mestia mais après c’est plus sauvage. Le soir allez demander au habitants des villages si ils peuvent vous héberger, comptez 15-20€ pour la nuit avec le repas. Généralement toute la famille est à la maison, parents, grand parents, enfants Il vous laisseront une chambre pour dormir. Prenez un duvet si vous voulez être dans votre bulle. Prendre également la tente c’est une option à ne pas négliger aussi. Certains endroits sont vraiment top en bivouac! Le midi acheter du pain Géorgien au fromage. Demander à vos hotes de vous en préparer.

    En prenant vraiment le temps vous pouvez dormir dans ces endroits. Ce magnifique schéma retrace le parcours (j’insiste sur magnifique!).

    En 1 trouver un village et dormir chez l’habitant.
    Entre 1 et 3 le chemin est un peu merdique à trouver mais éventuellement un bivouac en 2 si jamais, rien de fou en revanche.
    3 c’est vraiment sympas nottament la chapelle du village. Allez chez l’habitant plutôt que le seul lodge du village.
    4 le bivouac vaut vraiment le coup, au fond du vallon il y’a de vieilles cabanes (grandes) pouvant faire office d’abri si jamais. Vue sur glacier.
    5 chez l’habitant, on est tombé à une mauvaise adresse c’était bruyant et pas agréable. Mais bon pour dormir pas de soucis.
    6 fin du périple Ushguli.
    7 le bivouac au sommet vaut vraiment la peine c’est super beau avec vu sur les sommet. Je pense qu’il faut le faire!

    Le retour d’Ushguli en taxi collectif vers Mestia par la route.

    Durant la marche j’insiste pour faire attention aux chiens en liberté. Beaucoup de patoux pas forcement très gentils! Bien les contourner !
    Ne pas boire avec les Géorgiens, c’est le comas éthylique assuré ! Et il boivent pas de bon alcools! En revanche ils ont du très bon vin si vous voulez boire un coup à Tbilissi 🙂
    Pour la tente à vous de voir, nous ne l’avons utilisé que en 7, mais ça valait vraiment le coup !

    De l’aéroport jusqu’à Tbilissi, le bus c’est très bien, et les taxis c’est toujours l’arnaque assuré. Allez à l’office du tourisme pour prendre des infos et trouvez vous une petite chambre pas cher en ville pour vous poser un peu. Les trucs bling bling sont pas forcement super alors que vs pouvez trouver de super petite adresses délicieuses pour manger. Les thermes c’est sympas mais c’est tous nue (non mixte quand même). Pas de problèmes digestifs à prévoir, que des bonnes expériences sanitaires, hormis quelques puces un soir dans un lodge en trek. C’est un voyage nature et vraiment sympas! Les géorgiens ont la mine sombres mais si vous allez voir les petites grands mère vous serrez toujours bien reçu.

    Bon voyage en Géorgie, parfois il faut juste franchir le pas et se lancer 🙂
    Et si vous avez d’autres questions ne pas hésiter,

    Alexandre

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.